Jacques Toubon, Monsieur Loyal Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
02-04-2007

ImageL’ancien ministre et fidèle compagnon de Jacques Chirac est depuis 2004 un des députés européens les plus actifs. Il nous fait part de sa vision de l’Europe et de la France. Et de ses coups de coeur bruxellois.


Fidèle parmi les fidèles de Jacques Chirac, travailleur insatiable, curieux de découvrir et de servir le bien commun : c’est un homme discret mais attachant qui se cache derrière l’apparente bonhomie de Jacques Toubon. Quelqu’un pour qui loyauté et le courage ne sont pas de vains mots. Ce grand défenseur de la langue française, amateur de culture et d’histoire, se dit préoccupé par le vote de rejet de la France sur le projet de constitution. A tel point qu’il n’ arrive pas à trouver ce que cela apporte à la France et l’Union depuis 2 ans. Tout en pointant deux effets perturbateurs : le vote a empêché l’Union de faire des progrès et on a interrompu le processus de fonctionnement des institutions. Pour illustrer son propos, il cite deux exemples concrets : la politique énergétique de l’UE, dure à mettre en place aujourd’hui et la clause culturelle, qui n’est toujours pas d’application.

Réfléchir l’Union autrement
Jacques Toubon se demande si aujourd’hui il ne faut pas réfléchir autrement et déplacer notre réflexion du plan institutionnel à une vision plus large et renouvelée de la construction européenne. Plutôt qu’un modèle d’intégration de l’Union, un espèce de « pseudo-état », il faudrait davantage se référer à l’exemple de ce qu’est aujourd’hui le monde des entreprises, sous forme de réseau, en s’appuyant sur un marché harmonisé. Nécessité fait loi selon lui : limitons nous à quelques points très précis comme l’abandon de la règle de l’unanimité et ne nous épuisons pas dans la recherche d’un compromis insitutionnel.

L’inspiration des pères fondateurs
Et de poursuivre : “Il faut retrouver l’inspiration des pères fondateurs en repartant de l’idée que c’est l’économique qui fait le rapprochement politique et non les institutions”. Pour le député européen, Schengen est un bon modèle : il tient compte des progrès différenciés des pays membres. “A 27, on n’avance pas comme à 12. On peut mettre en place des solutions diversifiées. Un exemple : la question de l’installation de missiles en Pologne et Tchéquie. Il est évident que la politique de défense en Belgique et en Italie est différente de la Pologne et du Royaume-Uni.” Cet anniversaire doit être, pour lui, le point de réflexion de notre capacité d’invention.

Capacités de changement
Quant à la campagne présidentielle, il a le sentiment que les Français n’ont pas fait leur choix. “Ce sera un scrutin très serré. Une chose est sûre : les Français se disent que les choses ne seront pas comme avant, une page se tourne. Je pense par ailleurs que les Français ne sont plus bloqués et que les mentalités ont fortement évolué depuis 10 ans”. Il relève à ce titre un exemple : “dans l’éducation nationale, les entreprises n’avaient qu’une part marginale. Aujourd’hui, plus personne ne conteste que les entreprises sont un pilier du système éducatif. Il y a aujourd’hui des capacités de changement insoupçonnées”.
Son soutien à Nicolas Sarkozy est clair. Pour Jacques Toubon, Bayrou a une position volatile qui va reculer à son niveau normal dans les dernières semaines : “elle n’est pas comprable à celle de Chirac en 1995 où il y avait beaucoup de profondeur. Le débat en 1995 était franco-français. Aujourd’hui, il est beaucoup plus ouvert sur le monde”.


Jacques Toubon en bref

Mon stamcafé
J’aime me rendre à pied, du Parlement européen au “Vieux Saint Martin”, place du Sablon. J’aime cette ambiance particulière et j’adore la déco de Pierre Alechinsky. Quand je suis plus pressé, je vais luncher chez “Arthur”, un petit resto végétarien, très sympa : un vrai monde en miniature !

Ma tribu
Elle est plus large que ma famille englobant les gens avec qui j’aime voir des expos, écouter de la musique, des artistes notament. Je n’ai pas acquis d’amitiés par la politique.

Une personne que vous respectez en politique
Il y a bien sûr Jacques Chirac, qui a profondément marqué mon engagement politique mais j’ai aussi du respect pour Jean-Pierre Chevènement.
J’ai enfin beaucoup d’admiration pour Edward Hiss, l’anglais qui a fait entrer le Royaume Uni dans le Marché commun. Il avait une vraie vision pour la Grande Bretagne.

Mes lieux à Bruxelles
Sainte Catherine, Saint Boniface, les grands espaces de Tervueren.
Je n’aime par contre pas du tout le quartier européen. Le siège
du Parlement Européen est une horreur sans nom ! De manière générale, l’implantation européenne relève de la faute urbanistique majeure. Elle porte atteinte au visage de Bruxelles, au mode de vie des Bruxellois.
Il eut été beaucoup plus intelligent de répartir l’Union Européenne partout à Bruxelles plutôt que d’en faire un ghetto qui risque de la confiner à un district déconnecté de la réalité de sa ville hôte.

Mon hobby
Je suis grand amateur de musique, du jazz et de classique.

Mon actu
Je prépare l’ouverture au public, le 1er juin prochain, de la cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris, pour laquelle je me suis impliqué intensément.


Mon petit Proust

Le principal trait de mon caractère :
la fidélité.
La qualité que je préfère chez les hommes :
le courage.
… et chez les femmes :
le courage.
Mon principal défaut :
ma boulimie de curiosité.
Ma principale qualité :
la loyauté.
Mon rêve de bonheur :
Ma capacité à être heureux, ce que je suis plutôt.
Ma devise :
Ce que j’ai cherché à faire, c’est donner du sens pour servir.
On a besoin de connaissance et d’explication pour servir le bien commun.
Mon hobby :
Je suis grand amateur de musique, du jazz et de classique.
Un film, un livre :
un grand western comme Rio Bravo. Côté livre : j’aime beaucoup Molière que j’adore lire.
Votre luxe dans la vie :
le rêve d’être capable et de diriger un grand orchestre.
Votre dernier refuge :
Parsifal.
Ce que vous n’avez pas encore osé faire :
arrêter la politique…
Vos plus grands excès :
Je pense que ce sont des excès de travail et de boulimie de curiosité :”Qui trop embrasse mal étreint” pourrait s’appliquer à mon caractère.

Commentaires
Add NewSearchRSS
super menteur - vive Jack ! Unregistered | 05/04/2007 22:40:50
Jacques, tu va encore diner souvent chez les Chirac :-) ?
Laisser un commentaire
Nom:
Titre:
Security Image

Powered by JoomlaCommentCopyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved.Homepage: http://cavo.co.nr/

 
< Précédent   Suivant >
Ma Tribune
Coup de Coeur
Carnets
Dossiers
Editos
Interviews
Interviews
Carnets
Interviews
Baudouin en bref
Mes bons plans
Login Form





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Les dernières