Coup de Gueule arrow Editos arrow Le décret inscription devient décret MIXITE sociale : fini le ticket boucherie bonjour la loterie.
Le décret inscription devient décret MIXITE sociale : fini le ticket boucherie bonjour la loterie. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
07-11-2008
« Rien ne va plus, les jeux sont faits » dans les écoles transformées en casinos par la majorité gouvernementale PS /Cdh.
Pour les parents, ce décret est une nouvelle agression pour 5 raisons :

   1. Ce nouveau décret est tellement complexe à comprendre que seul un nombre restreint de parents et à fortiori d’enfants seront en mesure d’en comprendre les enjeux.
   2. Le choix d’une école secondaire, choix qui relève de la responsabilité parentale pourrait désormais relever du hasard. Les files ont été physiquement supprimées. Cependant, le confort des parents se vivra au prix de leur responsabilité niée par cette nouvelle loi du hasard. Nous ne pouvons admettre de voir nos enfants objets d’un Lotto scolaire. Inscrire son enfant, c’est établir un contrat de confiance entre une école, sa direction et un enfant soutenu par ses parents.Un tel contrat éducatif à mener en partenariat ne peut être livré au hasard d’un tirage au sort. C’est nier les projets pédagogiques et éducatifs des écoles, c’est également nier leurs spécificités. C’est aussi nier l’implication parentale et bafouer la responsabilité des parents. C’est en matière de scolarité obligatoire un précédent inacceptable.
Comment expliquer à son enfant qu’il n’a pas été tiré au sort ?
En quoi son parcours scolaire sera-t-il amélioré ?
Comment vivra –t-il ces coups du sort en début d’adolescence ? Mesure d’autant plus grave que l’enfant doit terminer son premier degré secondaire au sein du même établissement, fusse-t-il fruit du hasard.
   3. L’objectif de mixité sociale risque d’être contourné par la priorité des 40% des écoles les mieux mixées. L’efficacité aurait été plus ciblée et évidente si cette priorité avait concerné directement les enfants socio-économiquement faibles.
   4. Investir dans l’égalité d’accès aux écoles est un leurre dans la mesure où aucun accompagnement individuel n’est prévu pour les enfants qui en auraient besoin dans leur nouvelle école.
   5. Un tel décret alourdit encore les tâches administratives au sein des écoles au détriment des enfants.

Commentaires
Add NewSearchRSS
Michel Parys - La mixité sociale comme projet Unregistered | 15/03/2009 22:12:07
Si elle n’est pas mieux définie que ce qu'elle ne l'est actuellement, la mixité ne peut pas constituer un vrai projet politique, n'en déplaise à ses zélateurs. Une perte de foi dans la capacité du système éducatif à changer les choses semble exister aujourd'hui, y compris semble-t-il de la part du corps enseignant. C’est pourquoi de nombreuses familles s’intéressent entre autres aux caractéristiques du public et accordent parfois moins d’importance, à l’heure du choix, à la qualité intrinsèque de l’enseignement, comme si un établissement n’était que son public.

Dans ces conditions, la mixité équivaut à un projet assez superficiel, consistant à dire qu’il suffit de “ les mettre ensemble” pour que tous en profitent et que PISA se redresse. Or cela ne suffit évidemment pas et de nombreuses études internationales montrent quels sont les éléments qui sont pertinents pour des apprentissages optimaux pour nos jeunes. En outre, la sociologie urbaine démontre de manière générale qu’il ne suffit pas de mettre les gens ensemble pour que se développent des rapports réels et constructifs entre eux.

Pour créer ces échanges, il faut donc faire quelque chose avec eux et poser les jalons d'une probable réussite: organiser des activités, éviter de créer des tensions entre bons et mauvais élèves, etc. Il convient également de souligner que la mixité est certes un idéal politique de sociabilité présent parmi les classes moyennes, à dominante intellectuelle. Et pourtant les échanges des adeptes du principe de mixité prônée à tout vent avec d’autres populations restent très peu nombreux dans les faits…! L’écart est décidément énorme entre idéal et pratiques et il est souvent nécessaire de d'abord balayer devant sa porte pour commencer à voir la propreté surgir.

On se doit donc de nourrir un discours très critique sur la mixité, notion idéalisée de manière souvent trop dogmatique et vide de réels projets humains. Aujourd’hui, la pensée sur ce thème s’essouffle et la notion court le risque de devenir simpliste et superficielle, à cause notamment des successifs décrets inscription et mixité, qui ont posé le problème sous un mauvais angle. La substance de ces décrets fut en effet réduite à un raz de marée idéologique - où la démocratie fut souvent réduite à un quasi string - qui a submergé les élèves Bruxellois et Brabançons en leur attribuant, malgré eux et l'aval de leurs parents, un rôle de cobayes. Résultat, les inscriptions ne sont pas encore clôturées et alors que la période de CEB approche, tout le monde semble attendre Godot... Le décret encadrement différencié apparaît avoir de meilleures chances d'effets sur le terrain pour soutenir les élèves défavorisés mais attendons les faits...

Il est urgent de prendre des décisions responsables par écrit et de les voter rapidement pour asseoir les inscriptions 2009 à Bruxelles et dans le Brabant Wallon, les enfants ne pardonneraient sans doute pas à ceux qui ne leur permettrent pas d'entrer dans la période du CEB sereins et rassurés quant à la suite de leur parcours...
Laisser un commentaire
Nom:
Titre:
Security Image

Powered by JoomlaCommentCopyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved.Homepage: http://cavo.co.nr/

 
< Précédent   Suivant >
Ma Tribune
Coup de Gueule
Coup de Coeur
Carnets
Dossiers
Editos
Interviews
Interviews
Carnets
Interviews
Baudouin en bref
Mes bons plans
Login Form





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Les dernières